Des étudiants français

dans des universités espagnoles

Des universités espagnoles dans lesquelles des étudiants français font le choix de s’inscrire et non des universités pour des français en Espagne

Exprimé ainsi, vous n’avez pas l’impression que l’opposition entre les deux expressions soit fondamentale.
Pourtant, elle l’est, et nous allons tenter de vous expliquer, simplement et clairement, en quoi elles sont différentes.

Prenez connaissance du contenu de cet article en écoutant le Podcast!

Une université en Espagne pour des étudiants français serait un établissement d’études supérieures qui aurait été conçu et organisé, spécifiquement, pour eux.
Il répondrait parfaitement à leurs attentes. Il serait adapté à leur culture. Il prendrait en compte leurs besoins et demandes spécifiques.
Si ce que vous cherchez en Espagne est de cet ordre, oubliez tout de suite votre projet d’études en Espagne car ceci ne vous est proposé dans aucun établissement…celui qui vous dira le contraire vous mentirait.

On constate d’ailleurs de plus en plus d’étudiants et de parents qui recherchent des études en français et gratuites en Espagne…mais les études gratuites et en français c’est en France qu’elles se trouvent (peut-être un peu aussi en Belgique). Donc si c’est ce que vous cherchez, vous devez rester en France.

La plupart des cours dans les universités en Espagne seront en espagnol comme en France la plupart des études sont proposées en français.

Pour y accéder vous serez soumis aux mêmes calendriers que les espagnols. Par exemple, si un candidat espagnol doit déposer sa candidature dans une université publique en Espagne entre le 8 juin et le 28 juin, un candidat français qui aura son résultat du bac le 6 juillet sera hors délai et ne pourra pas postuler l’année de son bac.

Pour y accéder vous serez soumis au mêmes exigences. Par exemple, si un candidat espagnol en médecine vétérinaire doit avoir un excellent dossier scolaire, un candidat français ne pourra pas être admis avec un dossier inférieur au minimum du dernier admis par rapport au nombre de places proposées.

Vous serez traités de la même façon qu’un étudiant espagnol, évalués en espagnol comme un espagnol. C’est à vous et à vous seul de faire le nécessaire pour avoir le niveau nécessaire pour étudier en Espagne.

Vous serez traités de la même façon qu’un étudiant espagnol. En médecine par exemple il faut se soumettre au concours du MIR à la fin de vos 6 années d’études et l’obtenir et même si vous voulez rentrer en France pour faire une spécialité. Vous devrez passer et obtenir un rang diplômant du MIR sans lequel vous n’avez pas clôturé votre cycle 2 des études médicales.

Si vous avez compris et accepté tout cela, alors vous êtes prêt pour vos futures études en Espagne et tout se passera pour le mieux. Il y existe de magnifiques formations, dans presque tous les secteurs et tous les domaines.

Vous pouvez même, dans certain cas, avoir intérêt à vous inscrire dans des cursus proposés en Espagne. C’est les cas, par exemple pour les formations en sciences de la santé (audioprothèse, kiné, dentaire, vétérinaire…) où vous aurez, notamment, des examens et pas de concours.

A la fin de vos études vous y obtiendrez un diplôme officiel, espagnol (pas européen comme certains vous le disent parfois pour des raisons commerciales…) qui vous permettra d’exercer en France aux conditions prévues entre la France et l’Espagne dans le cadre des accords européens.

A l’issue de certaines formations en sciences de la santé les offres d’emploi sont d’ailleurs nombreuses.

Toutefois, les universités et écoles que vous envisagez d’intégrer sont des établissements espagnols et cela a donc son importance à plusieurs niveaux et sur plusieurs points.

1. Si vous souhaitez vous inscrire dans une université publique

  • Toutes les informations que vous trouverez seront en espagnol.
  • Les processus administratifs et les calendriers sont conçus pour des élèves espagnols. Ils ne vous seront souvent pas adaptés et parfois pas du tout compatibles avec vos propres dates d’examens (baccalauréat, PACES,…).
  • Les personnels de ces universités communiqueront (mail, téléphone ou sur site) avec vous en langue espagnole.
  • Vous serez soumis aux mêmes exigences sélectives que les élèves espagnols (nota de corte : moyenne la plus faible acceptée). Le système de notation français, sur 20 points, est un désavantage par rapport au système de notation espagnol sur 10 points. Les professeurs français tiennent compte principalement des erreurs et attribuent des notes sévères. Les professeurs espagnols sont plus dans la valorisation des réponses positives et donc moins sévères dans leurs attributions de notes.
  • Vous trouverez peu de collaboration de la part des personnels. La venue d’étudiants étrangers (dont les études sont alors financées par les impôts payés par les espagnols) n’est pas toujours vue d’un très bon œil en Espagne. Ces mêmes étrangers qui posent plein de questions et ne comprennent rien à ce qu’on leur raconte peuvent parfois, aussi, être mal perçus et mal reçus.
  • Vous ne trouverez pas d’accompagnement proposé pour vos échanges avec les universités publiques en Espagne, à part celui mis en place depuis 2 ans par FrancEspagne Education.

2. Si vous souhaitez vous inscrire dans une université privée

  • Ce sont des entreprises commerciales et, en tant qu’étudiant français (ou famille d’un étudiant français), vous n’y êtes pas préparé.
    Nous connaissons cela en France pour les écoles de commerce mais pour les formations en sciences de la santé, par exemple, les démarches et processus peuvent surprendre.
    Quelles conséquences cela va-t-il avoir ? Vous serez en contact avec des commerciaux commissionnés sur les ventes qu’ils réalisent : leur unique objectif est de vendre ! Vous êtes la cible de produits marketing destinés à rentabiliser et à faire prospérer une entreprise, surtout sur des cursus qui ne sont pas en espagnol : en anglais c’est le cas et en français c’est la seule motivation de l’université qui les proposent!

Si votre intérêt correspond à leur offre vous pouvez vous engager mais soyez conscient de ce que vous achetez et sachez garder de la distance par rapport à des commerciaux professionnels aux discours bien rodés.

Soyez préparés à leur démarche (relance, envoi de nombreux mails, appels téléphoniques multiples…) commerciale qui est assez agressive pour celui qui ne s’y attend pas.

 

Beaucoup n’hésiteront pas à utiliser des arguments forts et pas toujours exacts : par exemple ils peuvent vous inciter à vous inscrire en urgence en janvier en vous disant qu’il ne reste que peu ou pas de place alors que l’on constate tous les ans que des solutions existent, même dans ces universités, beaucoup plus tard dans l’année scolaire.

Vous devez toujours essayer de garder votre sang froid (et croyez-nous ce n’est pas toujours facile avec les niveaux de pression auxquels vous serez confrontés) et garder la main sur votre projet étant donné les conséquences financières et personnelles que cela implique.

Le conseil : Ne vous engagez jamais sans avoir vraiment réfléchi aux conséquences, pesé le pour et le contre. Vous pourriez vous exposer à des surprises et quelques désillusions en cas d’une prise de décision dans la précipitation.

Ces universités privées sont des entreprises espagnoles, parfois portées par des fonds de pensions de pays anglophones, et la culture dans ces entreprises n’est pas la même que celle à laquelle vous avez l’habitude d’être en contact en France dans le domaine des études universitaires.

Vous vous attendrez à avoir des confirmations pour les démarches effectuées ? Vous n’en aurez souvent aucune !

En effet, en Espagne, dans la plupart des cas, vous ne serez contacté que si votre dossier n’est pas parvenu à son destinataire ou s’il s’avère qu’il y manque des pièces essentielles.

Cela va forcément vous stresser, plus ou moins fortement, surtout et encore plus lorsque vous aurez versé de l’argent.

Vous allez tenter des démarches, multiplier les contacts (mails, téléphone…) mais n’obtiendrez pas ce que vous attendez (un document écrit, daté et signé) car ce n’est pas le mode de fonctionnement. La plupart des documents dont vous aurez besoin ne s’obtiennent que par l’intermédiaire d’une démarche autonome qui se fera en ligne depuis votre interface personnelle sur le site de l’université une fois que vos paiements seront réalisés.

Vous aurez parfois un mail qui vous donnera une information (identifiant et mot de passe par exemple) qui prouve que votre dossier a été enregistré ou traité et encore pas toujours.

Vous pourrez aussi recevoir un mail si votre dossier n’est pas parvenu au destinataire ou s’il manque des pièces essentielles.

Par contre vous ne recevrez certainement jamais de courrier postal ni d’appels téléphoniques (sauf commerciaux que vous ne comprendrez pas toujours et qui vont encore rajouter à votre stress). Si vous entrez dans un processus d’admission puis d’inscription dans une université privée en Espagne, prenez l’habitude de lire vos mails tous les jours (et de vérifier dans vos SPAMS). Vous ne perdrez ainsi aucune information ou une relance essentielle qui a pu, par le passé faire perdre leur place à certains étudiants.
La consultation des mails doit vraiment devenir un réflexe quotidien.

Ce sont des universités espagnoles et, la rigueur à laquelle vous espèrerez avoir à faire, ne sera souvent pas au RDV :

  • On vous annoncera une réponse pour fin mars …. et elle viendra mi-avril…
  • On vous annoncera l’envoi d’un dossier d’inscription par courrier postal mi-juin … et vous recevrez un dossier d’inscription par mail mi-juillet…
  • On vous annoncera des tests non sélectifs en français en janvier … et lorsque vous les passerez en mai ils seront en espagnol et certains étudiants seront refusés.
  • On vous proposera de vous inscrire dès janvier … et les tarifs ne seront toujours pas disponibles en juin.
  • On vous indiquera un prix en février et vous en paierez un autre en juillet.
  • On vous exigera un niveau d’espagnol spécifique en mars … et on vous inscrira sans ce niveau en juin s’il reste de la place et prouvez que vous avez fait des efforts et des progrès.
  • On vous dira que le cursus est complet et/ou que liste d’attente est complète en février … et vous recevrez un mail en septembre pour vous proposer une place qui servira à l’université à boucher un trou causé par une annulation.
  • Vous voudrez un certificat de scolarité « comme en France » et il sera « comme en Espagne », si vous voulez un document spécifique en français ou « comme en France », vous ne pourrez pas l’avoir ou il sera payant comme beaucoup de demandes spécifiques.
    Vous avez pris connaissance de tout cela et vous voulez tout de même étudier en Espagne ?

Alors, nous sommes là pour : vous informer, vous aider, vous accompagner, vous conseiller, vous prévenir, vous décoder, vous soutenir, vous avertir.

Notre site internet est riche et vous y trouverez toutes ces informations si vous prenez le temps de vraiment vous intéresser à votre projet.

Nous espérons que cette lecture vous été utile, n’hésitez pas à la partager si vous pensez qu’elle peut être utile à d’autres.

Vous pouvez nous contacter pour toute question :

E-Mail : contact@francespagne-education.net

Facebook : Francespagne.Education / Twitter : @francespagne

Instagram : @francespagne_education et @etudier.en.espagne

LinkedIn : FrancEspagne Education

YouTube (presque 100 vidéos !)

A très vite !

FrancEspagne Education (Opportunités et préparation pour ton projet d’études en Espagne !)

ARTICLE DE JANVIER 2018 MIS À JOUR EN JUIN 2021

Vous pouvez vous inscrire sur le site dés maintenant

S'inscrire àFrancEspagne Education